Quels problèmes ?


 

Innombrables, mais principalement :

 

La santé: Il faut orienter les personnes en cas de besoin,  sovent les accompagner vers les différents services de soins, leur réexpliquer souvent et avec doigté, la nature des affections dont ils sont victimes, expliquer les soins et le résultat recherché.

 

L'hébergement: Préoccupant et parfois vital: comment se soigner quand on est à la rue ? Nous essayons de permettre le plus possible un environnement adéquat, correspondant à des soins indispensables. Nous ne disposons que d'un seul appartement, lourde charge déjà pour une petite association, et d'un réseau d'amis dévoués mais peu nombreux.

 

Les délais: La complexité législative et administrative, fait que toute démarche leur est souvent peu compréhensible et chronophage, alors que la maladie est pesante. Il y a des confusions, des incompréhensions, des méfiances réciproques, alors qu'en fait, il n'y a que des malades. Nous essayons d'aplanir, apporter des médiations, faire valoir des droits.

 

Les moyens: Un grand nombre de démarches courantes sont loin d'être gratuites et leur accumulation peut représenter un obstacle très difficile à surmonter pour des personnes en précarité. Ces personnes bénéficient souvent de moins de droits sociaux, ne les connaissent pas, ou ne savent comment y accéder ou les recouvrer. Nous les accompagnons donc dans tous ces méandres en intervenant comme médiateurs.

 

La langue: Gros handicap, source d'incompréhensions et de quiproquos,de la part de gens peu familiarisés avec la langue ou ayant perdu l'usage d'un langage officiel souvent abscons, surtout quant à l'écrit ! C'est un frein, un  obstacle au travail et à l'intégration. Cela couvre tout ce qui est médical, administratif , juridique etc... Nous nous entourons de locuteurs adaptés et de spécialistes à même d'apporter toute la clarté nécessaire.

 

Et aussi: Les transports, les enfants, la nourriture, le lavage du linge...

Et souvent le désespoir de la maladie à combattre.